Accueil / Coup de Cœur / L’Octopod de MB&F et L’Epée 1839

L’Octopod de MB&F et L’Epée 1839

À travers Octopod, MB&F poursuit son exploration du monde aquatique. Puisant son inspiration dans les céphalopodes, les chronomètres de marine et le film The Abyss, cette horloge 8-jours, sur 8 pattes, conjugue une sculpture cinétique de style contemporain à une bulle transparente remplie de précision horlogère.

Conçue par MB&F et manufacturée par L’Epée 1839, le premier fabricant d’horloges en Suisse, Octopod se lève et s’abaisse grâce à huit pattes articulées. Comme il est possible de les placer une à une à différentes hauteurs, l’horloge peut reposer en toute sécurité sur les surfaces les plus inégales, tout comme une pieuvre.

Cependant, la véritable magie horlogère et le mystère résident dans la « tête » sphérique d’Octopod, complètement transparente.

Premier point à noter, la sphère transparente est montée sur cardan comme l’étaient les chronomètres de marine traditionnels — bien que sur un axe au lieu de deux — afin qu’ils restent toujours à plat malgré le tangage et le roulis des navires. Dans le cas d’Octopod, le cardan fait en sorte qu’il soit facile de faire tourner la bulle, quels que soient l’angle et la hauteur choisis, et d’afficher l’heure au bon endroit, avec un maximum de lisibilité.

Deuxième point qui n’échappera pas à l’œil avisé : l’échappement d’Octopod, qui assure la précision de l’horloge, est placé sur l’aiguille des minutes et non, comme de coutume (et de manière plus simple au niveau mécanique), rattaché à des plaques fixes du mouvement. Même si on ne répond pas à la définition technique du tourbillon, conformément au brevet original d’Abraham-Louis Breguet, l’effet produit par ce régulateur qui fait un tour par minute à la verticale se rapproche du but premier de l’invention. A-L Breguet voulait faire tourner l’échappement d’une montre de poche placée dans un gousset pour faire la moyenne des écarts de marche en position verticale. Dans les montres bracelets, les tourbillons changent constamment de position et ne nécessitent pas des rotations à 360°.

Troisièmement, il y a le mystère de la suspension du mouvement qui semble flotter dans l’espace (ou l’eau) de la sphère cristalline. La platine est un verre transparent rendu quasiment invisible par un traitement anti-reflets sur les deux faces. Telle une pieuvre qui se sert du camouflage pour dissimuler des parties de son corps, Octopod utilise l’illusion visuelle pour dissimuler certains de ses éléments.

Pour Octopod, L’Epée 1839 a développé un mouvement 8-jours totalement nouveau, en relevant les défis particuliers que représentaient la platine en verre et le régulateur contrebalancé.

Outre les références à la mer via la pieuvre et les chronomètres de marine, Octopod fait penser à la bathysphère de verre du film de James Cameron sorti en 1989, The Abyss – en son temps très futuriste. Même si ce n’est que d’un regard extérieur que l’on peut pénétrer à l’intérieur de la bulle transparente, il est facile de s’imaginer disparaître sous les vagues pour observer les étonnantes créatures irisées des profondeurs océaniques. Cependant, soyez sûrs que, malgré ses inspirations aquatiques, Octopod est parfaitement à l’aise sur terre ferme.

Octopod est proposée en 3 éditions limitées de 50 exemplaires chacune, avec traitement PVD noir, PVD bleu ou palladium (couleur argent).

    MB&F / L’Epée 1839 – Octopod

  • FONCTIONS ET COMPLICATIONS
    – Heures, minutes, régulateur subtilement contrebalancé monté sur l’aiguille des minutes
  • CORPS
    – Dimensions : 28 cm de long × 28 cm de hauteur (relevé) ; 45 cm de long × 22 cm de hauteur (abaissé)
    – Poids : 4,2 kg
    – Structure : acier, laiton plaqué nickel ou palladium
    – Composants (corps, pattes et sphère) : 309
  • PATTES
    – 8 pattes composées de 31 pièces chacune
    – Articulation commandée par un bouton sur chaque patte, blocage possible en deux positions (debout ou allongée)
  • SPHÈRE
    – Rotation à 360° à la verticale comme à l’horizontale, trois bagues en laiton sablées et satinées
    – Deux hémisphères en polycarbonate reliées par un anneau satiné en trois parties
  • MOUVEMENT
    – Conçu et fabriqué en interne par L’Epée 1839
    – Platine en verre minéral transparent, traité antireflet sur les deux faces
    – Fréquence du balancier : 2,5 Hz / 18’000 A/h
    – Réserve de marche : 8 jours, un seul barillet
    – Composants du mouvement : 159
    – Rubis : 19
    – Système antichocs Incabloc protégé par un verre minéral
    – Matériaux : laiton plaqué palladium, acier et laiton plaqué nickel
    – Remontage manuel : clé à double douille carrée pour la mise à l’heure et le remontage du mouvement

MB&F : www.mbandf.com
L’Epée : www.lepee-clock.ch

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*