Accueil / Toute l'Actu Info-Luxe / Hôtellerie & Gastronomie / Spiritueux / Coup de projecteur sur le Champagne Dom Pérignon Vintage 2004

Coup de projecteur sur le Champagne Dom Pérignon Vintage 2004

2004, l’année de l’évidence.

« 2004 a été une année au déroulement quasiment parfait, comme une évidence », commente Richard Geoffroy, le Chef de Cave de Dom Pérignon. Si le Millésime 2004 témoigne bien de cette aisance, il a fallu malgré tout attendre la chaleur sèche des toutes dernières semaines pour en révéler la véritable personnalité. »
A l’opposé de l’année 2003, au climat syncopé, les périodes végétatives et de maturation du fruit ont cette fois pu progresser sans heurt ni écueil. Un phénomène que l’on avait à ce point rarement, sinon jamais, vécu.

Harmonie – Un classique.

Toute en nuances et en précision, c’est la somme naturelle d’éléments tous parfaitement cohérents qui a fait le millésime. L’ensemble est abouti, d’une élégance empreinte de classicisme.

« 2004. L’harmonie, l’épure, tout est là qui s’exprime sur un mode aérien, pour dépasser le classicisme », confirme Richard Geoffroy.

Jeu du Chardonnay et du Pinot noir à l’équilibre parfait, sur le fil, fusion des compléments et des opposés des deux cépages, l’assemblage a définitivement fixé le caractère propre de ce millésime. Un caractère que la maturation longue de Dom Pérignon va révéler, pour très longtemps.

« Si avec le temps, poursuit Richard Geoffroy, Dom Pérignon Vintage 2004 s’affirme plus profond et intense, ce sont surtout sa cohérence, son étoffe et paradoxalement ses nuances aériennes qui en sont la signature ».

Maturation – Le défi d’une introspection au cœur du millésime.

Le défi pour le Chef de Cave était finalement bien plus grand qu’il n’y paraissait, celui d’une introspection, de lire au cœur du millésime. Il fallait savoir autant en discerner le potentiel que jouer de toute sa cohérence avec suffisamment de retenue. Tel fut le véritable geste créateur du Chef de Cave pour Dom Pérignon Vintage 2004.

« C’est un délicat travail, explique Richard Geoffroy. Certaines années, la maturité généreuse du vin pousse à le sculpter de l’extérieur pour l’affiner, l’épurer. Dans le cas de Dom Pérignon Vintage 2004, l’équilibre du millésime demandait qu’on définisse son harmonie afin de rendre plus nette sa dynamique subtile ».

C’est le privilège du Chef de Cave de choisir le moment de déclarer le millésime. Après 8 années sur lies, Dom Pérignon Vintage 2004 est la récompense d’une lecture attentive de la maturation du vin.

Complexité – La dernière note : l’empreinte, la signature.

La persistance de la complexité est la clef de l’architecture du vin. Elle est le refl et de l’âme du vin : son intensité, sa profondeur.

Dom Pérignon s’affirme dans la minéralité pénétrante et persistante qui le caractérise. Elle donne sa tenue exceptionnelle à la note finale de Dom Pérignon Vintage 2004.

« Le Millésime 2004 réunit tous les éléments de Dom Pérignon, avec en note finale, cette complexité si caractéristique de sa minéralité ».
Richard Geoffroy

« Dom Pérignon Vintage 2004 est racé, élégant et minéral. Il est en tension sur tous les fondamentaux de Dom Pérignon, en cela il se distingue des Millésimes 2002 et 2003 »
Antonio Galloni,
Robert Parker board

'Expanding Universe' Projection on the Abbey of Hautvillers - 1

L’essence-même de Dom pérignon.

Par son classicisme, Dom Pérignon Vintage 2004 pourrait être rapproché de Dom Pérignon Vintage 1970. Dans l’histoire des millésimes de Dom Pérignon, Dom Pérignon Vintage 2004 n’en est pas moins singulier. Il entretient maîtrise et souplesse, un paradoxe rare. Dans son explication comme dans sa dégustation, Dom Pérignon Vintage 2004 est l’essence-même de Dom Pérignon.

Dom Pérignon Vintage 2004.

Son aisance et sa générosité marqueront l’histoire des cuvées Dom Pérignon. En contraste avec l’année passée, le développement végétatif de la vigne est régulier et sans incident, le nombre et la taille des grappes sont importants.

Alors que le climat se montre longtemps sans excès – avec même un mois d’août plutôt frais – c’est la chaleur sèche des dernières semaines qui fait le millésime. La cueillette débute le 24 septembre, la maturité et l’état sanitaire sont excellents.

Au nez, le vin respire, progressivement l’amande et le cacao poudré se mêlent au fruit blanc et à la fleur séchée. Les caractères classiques de la torréfaction viennent compléter l’ensemble et signer une maturité accomplie.

En bouche, le vin joue sur le fil, instantanément, évoluant entre densité et apesanteur. La précision est extrêmement ciselée. Le tout persiste sur une note séveuse, épicée.

www.domperignon.com

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.