Accueil / Toute l'Actu Info-Luxe / Art & Culture & Science & Expo / Louis Moinet inventeur du premier chronographe : le « compteur de tierces » de 1816

Louis Moinet inventeur du premier chronographe : le « compteur de tierces » de 1816

Louis Moinet, inventeur du chronographe.

Récemment, un objet horloger d’une très grande importance et jusqu’alors inconnu, a été découvert. Il s’agit du premier chronographe jamais réalisé, appelé également « compteur de tierces » par son auteur, Louis Moinet. Les poinçons identifiés sur le fond du boîtier permettent d’affirmer qu’il a été entrepris en 1815 et terminé en 1816.

Cet extraordinaire compteur est d’une conception tout à fait originale et novatrice, et est le reflet du génie d’un homme en avance sur son temps. Il affiche le 60ème de seconde par une aiguille centrale, les secondes et les minutes sur deux cadrans séparés ainsi que les heures sur un cadran 24 heures.

Les fonctions de départ, arrêt et remise à zéro se font par l’intermédiaire de deux poussoirs, et définissent que cet objet est bien un chronographe, dans sa signification actuelle admise dans la profession, et bien que ce terme n’apparaisse que quelques années plus tard pour la dénomination de tels instruments.

Le chronographe est également muni du retour à zéro. Une fonction tout à fait innovante et révolutionnaire pour l’époque. Jusqu’à ce jour, on a pensé que cette invention datait de 1862, selon le brevet d’Adolphe Nicole.

Une invention extraordinaire.

Dès le 19ème siècle, les horlogers tentent d’améliorer la précision de leurs mécanismes. La recherche de la précision absolue fait partie intégrante de la science horlogère. En 1820, il est admis que l’étalon de mesure le plus précis est le dixième de seconde.

Dès lors, le compteur de tierces représente l’instrument le plus précis de son temps, avec une précision six fois supérieure à la référence précédemment connue. Une mesure du 60ème de seconde qui fait également entrer Louis Moinet au Panthéon des pères de la chronométrie.

Cette invention a été imaginée et conçue pour en appliquer l’usage à un instrument astronomique que Louis Moinet a composé quelques temps auparavant. Selon ses propres paroles : « … J’étais venu à Paris en 1815 uniquement pour y composer et faire un compteur des tierces. L’exécution difficile et rarement tentée de cet instrument dont la composition était neuve, a très bien rempli mon but … ». (*)

Le mécanisme du chronographe bat à 216,000 vibrations par heure (30 Hz), une fréquence absolument inconnue en ces temps-là. Afin de mettre les choses en perspective, la fréquence habituelle d’une montre moderne est de 28,800 vibrations par heure (4 Hz). Louis Moinet est donc pionnier de la haute fréquence. En effet, on attendra exactement un siècle avant de voir une autre montre vibrer à plus de 216,000 vibrations par heure.

Pourquoi Louis Moinet cherche-t-il une si haute fréquence ? Précisément parce qu’il veut adapter son rythme à la précision la plus fine : la mesure de la tierce (60ème de seconde) pour ses observations astronomiques. Une fréquence de 216,000 vibrations par heure équivaut à 60 vibrations par seconde. Les 60ème sont donc précisément battus pendant la seconde.

Afin d’observer les révolutions astrales, il est impératif que le compteur de tierces puisse être utilisé pendant une durée de 24 heures au minimum. Qu’en est-il de la consommation d’énergie ? Louis Moinet répond à cette question en disant qu’il a conçu un échappement garni en rubis avec huile, lequel donne 216,000 vibrations par heure, et a très bien fonctionné pendant un usage prolongé.

Louis-Moinet-CompteurDeTierces-Chronographe-1816-04

Les observations astronomiques.

Louis Moinet a imaginé le premier chronographe de l’histoire pour observer précisément les déplacements des astres à la lunette. Son invention lui a permis de mesurer exactement la distance des fils réticulaires de sa lunette.

Louis Moinet en explique lui-même les détails : « Cette invention me fut suggérée dans mes observations à l’occasion suivante : j’avais acquis un petit quart de cercle mobile du célèbre Borda (auteur du Cercle entier). Cet instrument, d’exécution anglaise et soignée, en équilibre sur un rubis, au moyen de contre-poids ingénieux, devait, suivant son auteur, être préservé par son inertie propre des mouvements du navire, et donner à bord des observations presque aussi exactes que celles faites à terre. Mais ce projet n’eut pas de succès. Ayant donc acquis l’instrument dans une autre intention, j’y ajoutai pour observer à terre, un cercle d’horizon divisé par feu Fortin en minutes, au moyen d’un vernier, deux niveaux croisés, un axe mobile rodé et un support-trépied à vis calantes, avec division, etc. Mais la lunette ayant peu de champ, les fils de son réticule sont très rapprochés, et ce fut pour remédier à l’inconvénient exposé ci-dessus, de manquer l’observation d’un fil, que j’imaginai le compteur de tierces, qui a très bien réussi en me donnant exactement la distance des fils réticulaires. » (**)

Hommage à Louis Moinet

Les grands hommes sont souvent les plus modestes. C’est le cas de Louis Moinet, considéré par ses pairs comme l’un des plus grands horlogers de tous les temps. Voici comme en parle Monsieur Delmas, Vice-Président de la Société de Chronométrie de Paris : « Il était partout, dans tous les débats, ce que l’on a vu comme Président de la Société chronométrique : précis, lucide, indulgent, éclairant le faible en l’encourageant, donnant les conseils à tous sans vanité, répandant ses lumières sans restriction, sans arrière-pensée. » (***)

Aujourd’hui, c’est un honneur de rendre hommage à ce grand homme dont l’une des devises a été « L’essentiel est de ne pas s’écarter du vrai ».

(*) Extrait des lettres manuscrites de Louis Moinet, 1823.
(**) Extrait du Traité d’Horlogerie de Louis Moinet, 1848.
Note : la première personne du singulier remplace ici la première personne du pluriel, qui était la façon usuelle de s’exprimer de Louis Moinet.
(***) Extrait du Panthéon Biographique Universel, 1853.

    Le Chronographe de Louis Moinet

  • Mouvement :
    – A platine pleine sur 4 entretoises, barillet, fusée et chaîne.
    – Échappement à cylindre acier et tuile de rubis.
    – Balancier formé d’une barrette portant aux deux extrémités une masselotte en platine pouvant être déplacée pour le réglage du balancier.
    – Roue d’échappement de 30 dents.
    – Spiral en acier plat, 7 tours.
    – Six trous rubis avec contre pivot, plus une tuile à l’échappement, soit treize rubis au total.
    – Exécution en laiton grené doré au grand feu.
  • Alternances : 216,000 vibrations par heure, fréquence de 30 hertz.
  • Dimensions :
    – Diamètre : 57,7mm.
    – Épaisseur : 9mm.
    – Signature sur la platine supérieure : Louis Moinet.
  • Marche :
    – Plus de 30 heures de réserve de marche.
    – Indicateur d’armage du ressort de barillet situé dans un regard de la cuvette.
  • Boîte :
    – En argent avec un jonc sur la lunette et fond.
    – Lunette à baïonnette.
    – Cuvette sur charnière, cuvette verrouillée par un plot à vis.
    – Boîte demi-bassine, carrure plate, en 4 pièces.
    – La cuvette porte les 4 poinçons : 1. Association des Orfèvres de Paris ; 2. Maître ; 3. Deuxième coq (titre Ag 900) ; 4. Garantie No 815.
  • Cadran :
    – Cadran en métal grené argenté, portant la signature de Louis Moinet.
    – Le cadran se subdivise en trois sous-cadrans :
    En haut à gauche : compteur de 60 minutes
    En haut à droite : compteur de 60 secondes
    En bas au centre : compteur des 24 heures
  • Aiguilles :
    – Au centre, une fine aiguille avec son contrepoids pour le 60ème de seconde.
    – Deux aiguilles identiques pour les 60 secondes et 60 minutes.
    – Une aiguille « Pomme » pour les 24 heures.
    – Toutes exécutées en acier bleui.
  • Boutons :
    – Sur 60ème de tierce : bouton de déclenchement et arrêt du chronographe.
    – Sur 56ème de tierce : bouton de remise à zéro du compteur des tierces.

Site Internet : Les Ateliers Louis Moinet SA

Un commentaire

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.