Accueil / Toute l'Actu Info-Luxe / Bijoux & Accessoires / MB&F LMX – Une décennie d’héritage.

MB&F LMX – Une décennie d’héritage.

Dans l’univers MB&F, X prend une signification particulière, basée sur le nombre arabe 10. Il indique un 10ème anniversaire, comme celui de la totémique HM3 avec la HM3 FrogX (2020) ou celui de MB&F avec la HMX (2015). Cependant, X représente plus qu’une alternative ancienne au nombre arabe 10. En algèbre, X est la variable indéterminée, en cartographie, la destination souhaitée. X exprime l’indescriptible, l’inexplicable et l’inclassable. Il symbolise tout ce que nous ne connaissons pas — pas encore.

Célébrer 10 ans de Legacy Machines : LMX.

En octobre 2011, MB&F venait de lancer la Legacy Machine N°1, premier modèle d’une nouvelle collection, parallèlement aux Horological Machines préexistantes : un laboratoire créatif pour deux axes d’interprétation de la mesure du temps. La LMX revient à la première apparition de la collection Legacy Machine, avec des similitudes pour le balancier volant central et les deux cadrans… mais tout le reste est différent.

Deux zones horaires indépendantes sur cadrans inclinés.

Ceux qui connaissent la toute première Legacy Machine de MB&F sauront instinctivement comment fonctionne la LMX. Deux cadrans en laque tendue blanche affichent chacun les heures et les minutes. Celui de droite se règle par la couronne gravée de l’astéro-hache MB&F à 2 heures, celle qui sert également au remontage du mouvement. La couronne à 10 heures, gravée d’un globe terrestre pour indiquer l’affichage éventuel d’un second fuseau, permet le réglage du cadran de gauche. Cependant, contrairement à la première Legacy Machine, la LMX arbore des cadrans inclinés, une caractéristique plus complexe, présente sur les modèles les plus récents, qui nécessite un transfert d’énergie du plan horizontal au plan vertical via des engrenages coniques.

Mécanique visible sous un dôme en verre saphir.

Alors que les premières Legacy Machines dévoilaient une sélection restreinte d’éléments entre la platine-cadran et le dôme en saphir, des modèles ultérieurs comme la LM Perpetual, la LM FlyingT et la LM Thunderdome étaient plus ajourés et plus démonstratifs quant à leurs prouesses mécaniques. La LMX adopte cette dernière approche et dévoile des éléments fonctionnels comme le pont d’échappement en forme d’astéro-hache et des composants des rouages. Trois grandes roues sont particulièrement visibles : deux d’entre elles, placées à proximité des couronnes, entrent en action quand on règle l’heure sur le cadran correspondant alors que la troisième, à 6 heures, est la roue des secondes commune.

On remarquera particulièrement le nouveau balancier, un mastodonte de 13,4 mm de diamètre, avec masses d’inertie au lieu des habituelles vis plus traditionnelles, qui offrent à l’horloger la possibilité de régler le cœur de la LMX avec plus de précision. Parmi les autres raffinements, citons les bras polis des ponts droits visibles sur la platine-cadran : ils bénéficient d’une finition main qui leur donne un profil arrondi, ou bercé, en surface.

Indicateur hémisphérique des 7 jours de réserve de marche.

Clin d’œil à la réserve de marche verticale présentée en première mondiale dans la Legacy Machine N°1, la LMX rebondit sur cette tranche de l’histoire MB&F à travers un indicateur tridimensionnel complètement nouveau qui souligne l’autonomie impressionnante de 7 jours (168 heures) du moteur. Avec cette évolution, on a le choix entre deux modes de décompte de la réserve. Deux affichages apparaissent de part et d’autre d’un hémisphère, l’un présente alternativement les chiffres de 1 à 7 sur une arche, l’autre les jours de la semaine.

L’interaction complexe et totalement novatrice entre les composants est d’autant plus sophistiquée que l’indicateur de réserve de marche tourne. Ainsi, le porteur peut choisir son mode d’affichage préféré : en continuant à faire tourner la couronne à astéro-hache après remontage complet de la montre, on peut orienter l’indicateur de telle sorte que l’une des échelles, soit celle des chiffres soit celle des jours, soit mieux visible quand la LMX est au poignet.

Construction symétrique du mouvement.

Tel un X parfaitement équilibré, le moteur LMX est profondément symétrique — non seulement côté cadran mais aussi à travers le fond saphir qui laisse apparaître les trois barillets placés à distances égales autour du centre, ce qui est renforcé par un décor soleillé de côtes de Genève. Un régal pour ceux qui comprennent le langage des mouvements horlogers, qui sont capables d’apprécier l’intention professionnelle et l’objectif de raffinement qui président au placement de chaque composant.

Plus qu’un symbole de symétrie ou qu’une autre manière d’écrire le 10, le X de la LMX représente la croisée entre la première et la deuxième décennie de la collection Legacy Machine.

La LMX faisait l’objet de deux éditions limitées :
– 18 pièces en or rose avec platines et ponts traités NAC noir;
– 33 pièces en titane grade 5 avec platines et ponts traités CVD vert.

Et en 2022, une nouvelle édition limitée « Steel & Brass » en acier inoxydable 316L avec platine grenée.

10 ans de Legacy Machines.

En octobre 2011, beaucoup pensaient connaître la marque MB&F ; elle avait lancé quatre Horological Machines de plus en plus audacieuses. Son fondateur, Maximilian Büsser, a alors pensé qu’il était temps de réaliser quelque chose de différent — une fois de plus. Comment aller à l’encontre d’un comportement d’iconoclaste ? En se tournant vers l’histoire, mais pas d’une histoire familière. Comme les Horological Machines MB&F étaient issues d’un futur imaginaire, il était naturel que les Legacy Machines proviennent d’un passé imaginaire : qu’aurait créé MB&F un siècle auparavant, à l’âge d’or de l’horlogerie ?

Boîtiers ronds, cadrans laqués et… balanciers « volants ».

Machine N°1 résultait d’une collaboration — en l’occurrence avec deux Friends d’exception, deux stars de l’horlogerie aussi talentueuses que différentes : Jean-François Mojon, réputé pour ses constructions novatrices, et Kari Voutilainen, une légende vivante de l’horlogerie classique.

La LM1 arborait un boîtier rond — une première chez MB&F —, des cadrans laqués blancs, des aiguilles bleuies et un hallucinant balancier « volant » oscillant sous un dôme de verre saphir, sorti de son emplacement habituel à l’arrière-plan et suspendu tel un engin extra-terrestre en vol stationnaire dans le ciel. Alors que les Horological Machines de 1 à 4 relevaient d’une imagination débordante, la Legacy Machine N°1 faisait triompher la ré-imagination. En exploitant les concepts horlogers traditionnels pour créer une configuration de mouvement particulièrement étonnante, la LM1 est devenue la création la plus révolutionnaire produite par MB&F depuis son lancement en 2005.

Le spectacle hypnotique du balancier suspendu est devenu un leitmotiv conceptuel et mécanique propre à la collection Legacy Machine — une manière de signifier qu’une montre peut être à la fois dans et hors de la tradition.

Une collection révolutionnaire récompensée.

Les Legacy Machines ultérieures ont suivi le chemin remarquablement anticonformiste : LMX incluse, on obtient une série impressionnante de HUIT premières mondiales. Conçue avec un autre Friend d’exception, Stephen McDonnell, la LM Perpetual (2015) a engendré une modification fondamentale du fameux calendrier perpétuel. La LM FlyingT (2019) a donné une nouvelle image de l’horlogerie féminine — agressive mais élégante, sobre mais complexe. La LM Thunderdome (2019), développée avec le spécialiste des tourbillons à axes multiples Éric Coudray, a établi un nouveau record du monde grâce à la vitesse vertigineuse de son mécanisme TriAx. Parallèlement à ces prestigieuses collaborations, la dernière décennie a été marquée par le lancement de mouvements propres : le moteur LMX est le sixième à avoir été entièrement conçu à l’interne par les ingénieurs MB&F, une performance considérable pour une marque du nouveau millénaire.

En 2011, beaucoup n’ont pas réalisé à quel point MB&F a mis en danger sa notoriété naissante en lançant une Machine qui se rapprochait de l’univers esthétique de la plupart des autres entreprises horlogères. Il était désormais possible de soumettre une MB&F à la comparaison… un grand risque qui, comme souvent, a apporté une grande reconnaissance. La collection Legacy Machine a été largement saluée au fil des années, notamment à travers cinq prix au Grand Prix d’Horlogerie de Genève – dont la meilleure montre « Complication Homme » pour la LMX en 2021 – récompenses suprêmes du secteur.

En 2011, les Legacy Machines ont-elles modifié la nature du laboratoire horloger MB&F ? Profondément. Quand, en 2011, la LM1 a surpris le monde horloger, les experts ont prédit que MB&F allait clairement adopter l’esthétique plus consensuelle des Legacy Machines pour l’ensemble de sa production (et de ses ventes). Ce ne fut pas le cas. Les Horological Machines anticonformistes représentent toujours une partie essentielle de la production MB&F mais, 11 ans plus tard, les collectionneurs sont tout autant attirés par les Legacy Machines plus classiques — elles ont naturellement gagné leur place, de manière très significative. MB&F continue à évoluer dans les deux directions, apparemment très différentes, mais toujours avec un sens aigu de l’indépendance et de la créativité.

2011 – 2022 Legacy Machine par étapes.

  • 2011. Après quatre Horological Machines non conformistes, MB&F surprend le monde horloger en lançant la Legacy Machine N°1, modèle inaugural d’une collection plus classique.
  • 2012. La LM1 remporte non pas un mais deux prix au Grand Prix d’Horlogerie de Genève : le Prix du public (décerné par les amateurs de montres) et le Prix de la montre homme (décerné par le jury professionnel).
  • 2013. Legacy Machine N°2 : deux ans après la première Legacy Machine, la LM2 prouve que MB&F a l’intention de développer la collection. La montre complexe revisite les travaux effectués par de célèbres horlogers sur les doubles régulateurs.
  • 2014. La collection Legacy Machine accueille sa première pièce de Performance Art, fruit d’une collaboration avec l’artiste chinois Xia Hang qui réinterprète l’indicateur de réserve de marche vertical de la LM1.
    Avec la Legacy Machine 101, MB&F se concentre sur les éléments essentiels d’une montre mécanique. Son mouvement est le premier à avoir été entièrement conçu à l’interne.
  • 2015. MB&F s’associe à Stephen McDonnell pour réinventer le mécanisme de calendrier perpétuel traditionnel. On obtient la révolutionnaire Legacy Machine Perpetual, particulièrement fiable et facile à utiliser.
  • 2016. Les Legacy Machines accueillent une deuxième pièce de Performance Art, la LM1 Silberstein créée en collaboration avec le célèbre designer français Alain Silberstein.
    Lors du Grand Prix d’Horlogerie de Genève, la LM Perpetual reçoit le Prix de la montre calendrier.
  • 2017. À nouveau avec Stephen McDonnell, MB&F présente la LM Split Escapement (LM SE) qui met en valeur la beauté du balancier volant et de l’échappement dissocié initialement conçus pour la LM Perpetual.
  • 2019. En mars, MB&F choisit la collection Legacy Machine pour lancer sa première montre dédiée aux femmes, la LM FlyingT.
    En novembre, la collection Legacy Machine remporte un quatrième prix au Grand Prix d’Horlogerie de Genève : le Prix de la complication pour dame avec la LM FlyingT.
    En décembre, MB&F et le célèbre horloger Éric Coudray battent un record avec la LM Thunderdome dotée du régulateur triple axe le plus rapide au monde.
  • 2020. MB&F et la marque indépendante amie H. Moser & Cie inaugurent une collaboration basée sur la réciprocité, donnant naissance à la LM101 MB&F x H. Moser et à la Endeavour Cylindrical Tourbillon H. Moser x MB&F.
    MB&F et Eddy Jaquet, l’un des maîtres graveurs les plus talentueux de l’horlogerie, présentent une série de 8 pièces LM Split Escapement uniques, inspirées par les romans de Jules Verne.
  • 2021. MB&F choisit la collection Legacy Machine pour présenter une nouvelle évolution significative : sa première montre avec la désignation « EVO », conçue pour un quotidien et un style de vie plus actifs. La LM Perpetual EVO « n’est pas seulement une montre de sport, c’est une montre pour la vie »
    Lancement de la LMX célébrant le 10ème anniversaire des Legacy Machines. Rappelant les traits de la LM1 mais dans une toute nouvelle exécution, la LMX comprend deux zones horaires et une réserve de marche tridimensionnelle, tout en intégrant l’inclinaison des cadrans et le design épuré des boîtiers des LM FlyingT et LM Thunderdome.
  • 2022. Lancement d’une nouvelle édition de la LMX, la LMX « Steel & Brass ».

Spécifications techniques.

La LMX est disponibles en trois éditions limitées :
– 18 pièces en or rose 5N+ poli avec platines et ponts traités NAC noir;
– 33 pièces « Steel & Brass » en acier inoxydable 316L avec platine grenée;
– 33 pièces en titane grade 5 poli avec platines et ponts traités CVD vert.

Moteur :

  • Mouvement tridimensionnel entièrement développé par MB&F
  • Remontage manuel, trois barillets
  • Réserve de marche : 7 jours (168 heures)
  • Balancier : nouveau balancier suspendu au-dessus du mouvement, avec masses d’inertie, 13,4 mm de diamètre
  • Affichage de l’heure sur deux cadrans inclinés en laque tendue
  • Spiral : courbe traditionnelle Breguet avec porte-piton mobile
  • Fréquence : 18’000 A/h / 2,5 Hz
  • Nombre de composants : 367
  • Nombre de rubis : 41
  • Chatons : chatons en or diamantés
  • Finitions raffinées : finitions main d’exception dans le style du XIXe siècle, angles rentrants pour rehausser le travail, angles polis, côtes de Genève, gravures main, ponts droits avec bras polis visibles sur la platine et profils bercés main sur leurs parties supérieures ; platine grenée pour l’édition « Steel & Brass ».

Fonctions :

  • Heures et minutes : deux fuseaux complètement indépendants affichés sur deux cadrans
  • Réserve de marche hémisphérique unique avec, au choix, indication des jours ou des quantièmes de la semaine, indicateur tournant pour afficher sa préférence.
  • Couronne à 10 heures pour régler le cadran de gauche, couronne à 2 heures pour régler le cadran de droite et remonter la montre.

Boîtier :

  • Trois éditions : boîtier en or rose 5N+ limité à 18 exemplaires, en titane grade 5 limité à 33 exemplaires ou en acier inoxydable 316L limité à 33 exemplaires.
  • Dimensions : 44 mm de diamètre x 21,4 mm d’épaisseur
  • Nombre de composants : 27

Verres saphir :

  • Dôme saphir très incurvé au recto, verre saphir au verso, traitement antireflet sur les deux faces.

Bracelet et boucle :

  • Alligator noir cousu main et boucle déployante en or 5N+ pour la version or rose, alligator gris cousu main et boucle déployante en titane pour la version titane et alligator brun cousu main et boucle déployante en acier inoxydable pour la version acier.

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.